Catégories
Amour/ Couple

Victime d’infidélité ? Que faire ?

Que serait un blog sur le développement personnel qui n’aborde pas quelques situations pratiques ? Aujourd’hui, j’ai eu envie d’aborder un sujet qui peut malheureusement concerner tout le monde : être victime d’infidélité.

Peu de situations sont plus douloureuses et source de stress que de découvrir que vous êtes trompé(e). Certains couples y survivent, d’autres non, mais l’impact ne peut qu’être important sur vous et votre vie de couple.

Que faire lorsque vous découvrez que votre partenaire a (ou a eu) une aventure extraconjugale ? Comment réagir ?

Surmonter l’infidélité

Confiance et respect mutuel sont les briques élémentaires qui permettent de bâtir une relation sur le long terme. Si l’on voulait filer la métaphore, on pourrait dire qu’une infidélité représente un grand coup de masse dans le mur.

Lorsque vous découvrez qu’il ou elle vous trompe, il est normal de vous sentir trahi(e), révolté(e), désemparé(e). La personne en qui vous aviez le plus confiance est infidèle et a abusé de cette confiance, vous êtes naturellement emporté(e) dans un torrent d’émotions violentes.

Attention à ne pas prendre de décision définitive sous le coup de l’émotion, car celle-ci est mauvaise conseillère. Bâtir un couple est un investissement sur le long terme, et dans l’état ou vous êtes, vous pourriez dire ou faire des choses que vous regretteriez.

Évidemment, il est normal d’être furax(e). Remettez simplement les décisions importantes à plus tard, le temps de mettre de l’ordre dans vos pensées, et d’y voir plus clair dans vos émotions. Après tout, il n’y a pas d’urgence.

Si vous le pouvez, éloignez-vous quelques jours de la personne fautive (ou renvoyez-là chez sa mère). Ne pas la voir tous les jours vous aidera à prendre un peu de recul.

Il va falloir ensuite se poser quelques questions, pour ensuite parvenir à des décisions.

Quelles sont les clauses du contrat ?

Dans chaque couple il y a un contrat, tacite ou explicite, qui régit les aventures extraconjugales.

Certains couples s’autorisent ouvertement à aller voir ailleurs quand l’envie leur en prend, et ne s’en portent pas plus mal.1

D’autres s’accordent l’un l’autre une petite aventure occasionnelle.

D’autres encore sont trés clair : la fidélité est une condition sine qua non à la pérénnité du couple.

Dans les relations amoureuses comme dans les relations commerciales, il est toujours mieux lorsque le contrat est explicite dés le départ. Il me paraît important, au début d’une relation, de discuter de vos points de vue respectifs sur l’infidélité, qu’accepterez-vous ou non, et que ferez-vous en cas de rupture du contrat ?

Note bonus : si vous n’avez pas la même vision des choses dés le départ, vous pouvez vous attendre à de sérieuses déconvenues…

Toutefois, à défaut d’avoir été exprimée, la règle est que la fidélité est de mise, et les aventures extraconjugales prohibées.

Quelle est la gravité de l’acte ?

Il faut également se poser la question de la gravitée de l’acte. Évidemment, dans la perspective d’un couple, tromper quelqu’un est toujours grave. Néanmoins, comme pour n’importe quel délit, il peut-y avoir des circonstances atténuantes à prendre en compte.

Ainsi, une seule coucherie « accidentelle »2 en état d’ivresse après 15 ans de vie de couple satisfaisante n’aura pas la même portée qu’une aventure extraconjugale préméditée et régulière.

Ce sont des éléments à prendre en compte pour juger de la bonne foi de votre partenaire, et de sa motivation réelle à s’amender pour éventuellement tenter de rebâtir quelque chose.

Attention, j’ai parlé de « circonstances atténuantes »3, et pas d’excuses. Quelle que soit la situation, une infidélité est une faute grave, et il est important que le ou la fautif(ve) s’en rende compte.

Attention aux mauvais conseils

Il est naturel et bénéfique de s’épancher auprès de ses proches pour chercher conseils et réconfort. Attention aux conseils que vous pourriez recevoir. Comme le dit justement le proverbe, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Et méfiez-vous, car un(e) ami(e) trompé(e) par un(e) infidèl(e) est une aubaine pour les amateurs de potins et ragoteurs invétérés4.

Vos ami(e)s ne sont peut-être pas pas les personnes les plus aptes à jauger la situation. Leur jugement peut être biaisé par leur solidarité envers vous, et par leur méconnaissance de la situation. Et puis, ce ne sont pas eux qui auront à subir les effets des décisions qu’ils vous préconisent.

Quoi qu’on vous recommande, prenez votre propre décision : c’est votre vie, après tout.

Décider

Schématiquement, la décision qui vous incombe est assez simple. Vous pouvez décider de mettre fin à la relation. Ou vous pouvez décider de la poursuivre.

Rompre

Sans respect ni confiance, il ne peut y avoir de relation satisfaisante. Tromper son partenaire est une faute grave, qui peut justifier une rupture.

La réciprocité est également une des clés du succès d’un couple : vous êtes en droit d’attendre fidélité et respect de la part de votre partenaire, dans la mesure ou ce sont des qualités dont vous-même faites preuve5.

Et puis, en matière de respect, on n’est jamais mieux servi que par soi même. J’entends par là que si vous ne vous respectez pas vous-même, vous ne serez pas en mesure d’attendre du respect d’autrui. Avoir du respect pour soi, c’est aussi ne pas accepter que l’on abuse de votre confiance.

En définitive, si vous pensez sincèrement que vous ne serez plus en mesure de construire une relation satisfaisante avec votre partenaire, basée sur la confiance, le respect et la réciprocité, peut-être une rupture est-elle la solution la plus avisée ?

Vous pourrez ensuite accorder à cette raclure tout le mépris qu’elle mérite6.

Reconstruire

Une relation de couple se bâtit sur le long terme. C’est un investissement de tous les jours, une aventure faite de hauts et de bas. Dans certains cas, une infidélité n’est qu’un accident de parcours, grave certes, mais surmontable.

Évidemment, il ne s’agit pas de minimiser la chose. Tromper son partenaire est une faute gravissime. Quelle que soit votre décision, l’infidèl(e) va devoir sérieusement ramer pour s’amender, non mais oh !

Il est important que l’autre comprenne qu’il ou elle vous a blessé, et que son comportement va avoir un impact important sur votre vie à deux. C’est à vous d’exprimer clairement vos sentiments, et d’exiger un positionnement ferme sur un certain nombres d’engagements de la part de votre partenaire.

Attention, si vous décidez de reconstruire une relation, il faut que ce soit une décision à deux. Quels que soient les décisions, les conditions, les arrangements, ils doivent naître d’une discussion commune, franche et honnête, et être compris et acceptés pleinements par les deux parties, dans l’intérêt commun.

La tentation est grande de profiter de la culpabilité de votre partenaire pour lui imposer certaines décisions auxquelles il ou elle ne souscrit pas pleinement. C’est pourtant le meilleur moyen de ne corriger que les symptomes sans s’attaquer aux vrais problèmes.

Vous ne pourrez reconstruire avec succès sans tirer un enseignement de ce qui vient de se passer. Une infidélité est en général un symptôme qui indique des problèmes plus profonds dans une relation. Quels sont-ils ? Auraient-ils pu être évités ? Qu’auriez-vous pu faire différement ? Comment allez-vous faire en sorte que cela ne se reproduise plus ?

Dans tous les cas, rebâtir une relation est un processus douloureux, et qui prend du temps. Il vous faudra faire le deuil de cet événement, et à un moment ou à un autre, faire confiance à nouveau. Qui sait, ce nouveau départ est peut-être une chance ? L’occasion de vous retrouver en tant que couple ?

Cela dit, méditez bien cet adage : « Pardonne, mais n’oublie pas ».

Tourner la page

Quelle que soit votre décision, il vous faudra bien un jour tourner la page de cet événement. La vie est trop courte pour alourdir vos pensées d’une rancoeur excessive.

Dans tous les cas, respectez-vous, ne tolérez pas qu’on vous manque de respect, et continuez d’avancer avec droiture, l’important étant de faire les choses justes pour ne pas avoir de regret sur votre lit de mort.

Au plaisir !

  1. J’entends, autorisent l’autre, bien évidemment []
  2. notez bien les guillements []
  3. là encore, notez bien les guillements []
  4. catégorie que j’associe bien volontairement à des charognards []
  5. n’est-ce pas ? []
  6. mais pas plus []
Catégories
Amour/ Couple

Pourquoi les femmes ne disent jamais ce qu’elles pensent ?

Bernard et Bernadette sont mariés depuis des années. Un jour, alors que Bernard passait près d’elle, Bernadette lâche innocemment « Tiens, ça fait longtemps que nous ne sommes pas allé au restaurant ». « C’est vrai », répond nonchalemment Bernard en cherchant sa bière dans le frigo, avant de retourner s’asseoir devant la télé.

Au bout d’une heure ou deux, Bernard constate que quelque chose ne va pas. Mais quoi ? Après quelques secondes de réflexion, il comprend : la maison est silencieuse. Beaucoup trop silencieuse, et cela le met mal à l’aise.

Après encore quelques secondes, Bernard comprend ce qui ne va pas : Bernadette n’a rien dit depuis de longues minutes. Elle qui habituellement meuble le silence de son babillage incessant, voilà qu’elle n’émet plus un son.

De longes années de mariage ont fait de Bernard un mari expérimenté, et il sait que lorsque Bernadette se tait, c’est trés mauvais signe. Il décide d’aller au devant des ennuis pour limiter les dégâts, et appelle « Bernadette ! Ça va ? ». Pas de réponse. Il s’extrait de son fauteuil, et trouve Bernadette dans sa cuisine, en train de préparer le diner du soir, la mine renfrognée.

« Bernadette, quelque chose ne va pas ? Ca va trés bien ! » répond elle séchement sans détourner la tête de ses fourneaux. « Tu es sûre que tout va bien ? Bien sûr, pourquoi ça n’irait pas ?! S’il y a quelque chose, tu peux me le dire ».

Bernadette se retourne alors, et déverse un torrent de bile, un flot implacable de récriminations, une montagne de reproche. Bernard ne l’écoute pas ! Il ne pense qu’à lui ! De toute façon, ses émotions à elle ne comptent pas, elle n’est bonne qu’à préparer le repas et faire le ménage ! Ça fait des mois qu’il ne sont pas allé au restaurant, et quand elle lui en parle, il ne lui vient même pas à l’idée de l’inviter !

Profitant d’une seconde de répit, Bernard s’exclame « Mais, si tu voulais aller au restaurant, pourquoi ne me l’as tu pas demandé ? » Sur quoi Bernadette enchaîne « Je t’en ai parlé, tu ne m’écoute jamais, tu n’as aucune sensibilité, tu es un monstre, de toutes façons, mes parents m’avaien prévenu, etc. »

Ça vous rappelle quelque chose ?

Communication homme / femme : mission impossible ?

Dispute

Si la scène décrite plus haut éveille en vous quelque douloureux souvenir, c’est que vous avez déjà expérimenté les difficultés de communications homme / femme.

Vous souvenez vous ? Hommes et femmes ne parlent pas pour les mêmes raisons. Pour résumer, les hommes parlent avant tout pour informer et trouver des solutions aux problème. Les femmes parlent d’abord pour tisser des liens sociaux et soulager leur stress.

En plus de ces différences, un autre problème vient entraver la communication entre les sexes : les hommes sont directs, les femmes sont indirectes.

Discours direct, discours indirect

Comme dans le cas de Bernard, beaucoup d’hommes ont des difficultés à comprendre quand une femme leur demande quelque chose, parce qu’elle utilise généralement un discours indirect. Elle reste floue, vague, imprécise, et tourne autour du pot sans jamais en venir au fait. Du moins, c’est l’impression qu’ont les hommes.

Parallèlement, beaucoup de femmes trouvent que les hommes sont trop directs, agressifs voire grossier dans leur discours, et qu’il feraient bien, de temps en temps, de « mettre des gants ».

Par exemple, voici des exemples de la même demande, formulée d’un ton plus ou moins direct :

  1. Invite-moi au restaurant
  2. Tu veux bien m’inviter au restaurant ?
  3. Pourrais-tu m’inviter au restaurant ?
  4. Penses-tu qu’on pourrait aller au restaurant ?
  5. Ce serait pas chouette d’aller au restaurant ?
  6. T’as pas envie d’aller au restaurant ?

Ces formulations vont d’un discours complètement direct à un discours complètement indirect. Les hommes utiliseront généralement plutôt les trois premières formes, tandis que les femmes préfèreront les trois dernières.

Pour un homme, le discours obéit toujours à un objectif précis, il doit être pratique et direct. Ainsi, s’il décide qu’il a envie d’emmener sa compagne au restaurant, il le dira sans ambiguïté ni fioritures : « Allons au restaurant ».

Pour une femme, en revanche, le discours possède une vocation sociale. Les femmes sont les gardiennes du nid, elles doivent préserver l’harmonie, maintenir des bonnes relations et éviter les conflits.

Elles préfèrent donc parler tout en nuance, et éviter les confrontations en n’étant pas trop directes. C’est pourquoi elles utilisent tant des expressions telles que je pense, si je ne me trompe pas, il me semble, du genre, quelque chose comme ça, etc.

Les hommes sont pratiques, les femmes évitent les conflits

Confidence
Crédit photo : Enzo D. (Zoen)

Entre femmes, ces imprécisions ne posent aucun problème. Elles sont en effet trés douées pour repérer les nuances dans les discours, et lisent trés bien le langage corporel de leurs interlocutrices, leur cerveau étant bien plus performant dans ce domaine que celui des hommes.

Les ennuis arrivent lorsqu’une femme utilise le discours indirect avec un homme. Ce dernier, en effet, est généralement incapable de comprendre toute la subtilité du discours et du langage corporel de madame. Par conséquent, le message passe complètement à côté de sa cible : le pauvre n’a rien compris, il s’énerve, et la discussion dégénère en scène de ménage.

Même topo quand il s’agit de signaler un problème, les hommes seront directs, et diront : « Tu as oublié d’éteindre la lumière ». Les femmes beaucoup moins : « Tiens, tu laisse la lumière allumée ? ».

Ce manque de subtilité dans la fonction discursive à une autre conséquence amusante (attention, mesdames, vous allez sourire) : les hommes prennent littéralement les mots au pied de la lettre. Ainsi, si une femme se plaint : tu ne m’emmène jamais au restaurant, elle veut dire : cela fait longtemps que nous sommes allés au restaurant, et j’aimerais que tu m’invite à sortir manger dehors. Mais l’homme comprendra : Tu ne m’emmène jamais au restaurant.

Il s’empressera donc de démentir cette assertion complètement fausse : Ce n’est pas vrai, nous sommes allé au restaurant le mois dernier ! Ce qui ne risque pas de faire avancer la conversation.

Comment faire agir un homme ?

De même, lorsqu’une femme demande : peux-tu sortir la poubelle ?, cela signifie : Sors la poubelle maintenant ! Mais un homme comprendra : peux-tu sortir la poubelle ? Ce à quoi il répondra : oui (implicitement : je peux le faire), alors que la femme comprendra : oui (je vais le faire). Pour l’homme, sa réponse n’est pas considérée comme une promesse, et ne l’engage à rien. Je sais de quoi je parle, c’est du vécu…

Et c’est ainsi qu’on en arrive à des déchirements dans les couples, tout ça à cause d’une simple histoire de poubelle. « De toutes façons, c’est moi qui me tape toutes les tâches ménagères. T’es qu’un gamin irresponsable ! Oh ! Lâche moi la grappe ! T’en as pas marre de me harceler !? »

Si elles veulent qu’un homme agisse, les femmes doivent le dire clairement et directement, et formuler leur demande de manière qui appelle un engagement. Les questions commençant par « peux-tu » ou « pourrais-tu » sont donc à exclure. Préférez plutôt commencer par « veux-tu ». Veux-tu réparer l’ampoule ?

Si l’homme donne son assentiment, demandez lui quand précisément il compte le faire, et ne le lâchez pas tant qu’il n’aura pas donné une réponse précise dans le temps. « Après mon film », ou « tout de suite après manger » sont ok. « Dans 5 minutes », « Bientôt » ou « Dés que j’aurai le temps » ne sont pas valable.

Comment régler ces problèmes

Sunset Discussion
Crédit photo : Automania

Pour surmonter ces différences, les hommes doivent prendre conscience que les femmes utilisent le mode indirect, que c’est leur façon de faire, et qui obéit à un objectif précis : maintenir l’harmonie. Ils n’y a donc pas lieu de s’en offusquer. Lorsqu’une demande leur paraît floue, ou qu’une femme tourne autour du pot, ils doivent demander « explique moi exactement ce que tu attend de moi, s’il te plaît ».

De leur côté, les femmes doivent accepter le fait que les hommes ne sont pas aussi bien équipés qu’elles en matière de communication. Par conséquent, il est normal qu’ils soient « largués » de temps en temps. Elles doivent comprendre que les hommes parlent dans un but précis, et qu’il n’est pas besoin de tourner autour du pot avec eux.

J’espère que cet article pourra contribuer à éviter quelques disputes dans les couples. La prochaine fois, nous verrons pourquoi les femmes ne savent pas faire des créneaux 😉

Catégories
Amour/ Couple

Pourquoi les hommes ne trouvent jamais le beurre dans le frigo ?

Mesdames, laquelle d’entre vous n’a jamais été confrontée à un homme cherchant désespérement sa cravate dans la penderie, alors que ladite cravate se trouvait juste sous ses yeux ? Laquelle n’a jamais vu un homme retourner tout le frigo pour y trouver le beurre, qui pourtant était bien en évidence ? Laquelle n’a jamais été attérée de voir un homme fouiller la maison de fond en comble pour retrouver ses clés de voiture, qui pourtant se trouvaient juste sur le rebord de la cheminée ?

Vous devez vous dire, mesdames, que ces messieurs ont une vision particulièrement défectueuse, et qu’ils sont bien distraits pour ne pas voir ce qui est juste sous leur nez. Et bien mesdames, sachez que vous n’avez pas tout à fait tort. Mais vous n’avez pas tout à fait raison non plus.

En fait, il faut savoir que les hommes et les femmes ont une vision qui fonctionne différemment. Vous, mesdames, vous êtes capable d’appréhender tout ce qui vous entoure d’un simple coup d’oeil. Vos yeux sont de véritables radars, qui captent le moindre détail dans un angle d’au moins 45 degrés. Forcément, cela vous semblerait naturel qu’il en soit de mêmes pour les hommes. Or, ce n’est pas le cas, et cet état de fait est la source de bien des ennuis dans les couples.

Tout a commencé quand…

Pour comprendre l’origine de nos différents modes de vision, il faut se baser sur la théorie de l’évolution1, et revenir longtemps en arrière, à la préhistoire, au temps des hommes des cavernes. A l’époque de ces sociétés primitives, les rôles de chaques sexes étaient clairement définis, et chacun savait ce qu’il avait à faire. Ainsi, les hommes chassaient, et les femmes gardaient la caverne et les enfants.

Comme on pourrait s’en douter, nos ancêtres ne disposaient pas de réfrigérateur pour conserver la nourriture, ni de centre commercial pour aller faire les courses le samedi. Par conséquent, c’étaient aux hommes de quitter leur nid douillet pour partir chasser le mammouth (ou toute autre espèce préhistorique comestible), et ramener la pitance au foyer.

La chasse est une tâche qui nécessite certaines capacités, comme pouvoir s’orienter sur de longues distances, repérer une proie de loin, ou toucher une cible en mouvement. C’est pourquoi les hommes ont développé une vision en tunnel, sont capable se focaliser sur un point précis à une longue distance, et sont naturellement doués pour évaluer les distances et les trajectoires.

Les femmes, de leur côté, étaient responsables de la maternité. Elles avaient pour tâches de garder la caverne, et de s’occuper des enfants. Les compétences nécessaire pour mener ces missions à bien étaient complètement différentes. C’est pourquoi les femmes ont développé une vision périphérique, capable de les informer sur les changements infimes de leur lieu de vie, et une faculté à décoder les émotions et à lire le langage corporel.

Soit dit en passant, tout ceci explique pourquoi une mère connaît absolument tout de ses enfants, alors qu’un père se rappelle tout juste de leurs dates d’anniversaire. C’est également pour ceci que les femmes ont tant de mal avec les créneaux 🙂 .

A courte distance, les hommes sont aveugles

Quand une femme cherche le beurre dans le réfrigérateur, elle n’a qu’à jeter un coup d’oeil, sa vision périphérique lui permet de détecter instantanément ce qu’elle cherche. Mais pour un homme, l’exercice est tout autre. Il lui faut balayer chaque centimètre carré de l’intérieur de frigo jusqu’à ce que sa vision en tunnel se pose exactement sur la motte de beurre. Sans quoi, la matière grasse tant convoitée lui restera invisible.

Mesdames, sachez que les hommes ne sont pas fait pour trouver un objet précis à une courte distance, et que pour eux, fouiller un placard à la recherche d’une paire de chaussette précise est un exercice non trivial. Alors soyez indulgente, et ne vous énervez pas. Si vous voulez le beurre, allez le chercher vous mêmes, vous gagnerez du temps.

Messieurs, si vous ne trouvez pas votre cravate, et que votre femme vous affirme qu’elle se trouve bien dans ce placard, persévérez un peu avant de déclarer forfait, car il y a de trés fortes chances pour qu’elle ait raison.

Catégories
Amour/ Couple

Alors, ta journée s’est bien passée ?

Il existe de nombreuses différences biologiques et psychologiques entre les deux sexes. Entre autre, il faut savoir que l’homme et la femme ne parlent pas pour les mêmes raisons. Cet écart donne lieu chaque jour à un nombre incroyable d’incompréhensions et de quiproquos.

Pourtant, combien de couples auraient-on sauvé, combien d’assiettes auraient-on épargné, si seulement les conjoints avaient su ce que vous allez apprendre ? Je vais en effet parler du moment fatidique où le couple se retrouve après une dure journée de labeur.

Madame, vous vous demandez pourquoi votre homme ne vous écoute pas quand vous voulez lui raconter votre journée ? Monsieur, vous en avez assez que votre dame déverse tous ses problèmes sur votre tête le soir ? Dans cet article, vous trouverez les réponses à vos problèmes.

Les hommes et les femmes ne parlent pas pour les mêmes raisons.

La leçon qu’il faut intégrer est trés simple : il faut savoir que l’homme et la femme ne parlent pas pour les mêmes raisons. Pour les hommes, le langage est avant tout pratique. Ils l’utilisent surtout pour communiquer des faits, des données, suggérer des solutions, et raconter des blagues potaches. Pour les femmes, le langage a principalement un rôle social. Les femmes parlent de leurs problèmes, leurs émotions, leurs relations, pour nouer et maintenir des relations et soulager leur stress.

Ainsi, lorsque des hommes discutent entre eux, ils évoquent les résultats du foot, les caractéristiques de leur dernière voiture, analysent les stratégies politiques d’untel, les mensurations d’unetelle, et se racontent la dernière blague de toto (Excellente, je vous la servirai un jour). Lorsque les femmes discutent entre elles, elles évoquent leurs problèmes de couple, se racontent les derniers potins, discutent des vêtements d’unetelle, partagent leurs problèmes, et se déchargent ainsi de leur stress.

Les hommes ne font qu’une chose à la fois

Les hommes ne peuvent faire qu’une chose à la fois. Lorsqu’un homme fait face à un problème, il doit se poser pour y réfléchir. Il a besoin de silence, de calme et de concentration, pour que son cerveau analyse et dissèque ce qui le tracasse. Une fois ce processus terminé, l’homme vaque à d’autres occupations et l’affaire est classée. En revanche, les femmes sont multitâches. Elles peuvent mélanger plusieurs occupations en même temps. De plus, elles utilisent la parole comme mode d’expression principale, et énoncent tout haut ce qu’elle vont faire et comment elle vont s’y prendre.

Ces différences ne sont pas dues qu’à la culture et l’éducation. Elles possèdent un ancrage biologique qui a mis des millions d’années à s’installer, et qui ne disparaitra pas du jour au lendemain. Autant se résigner tout de suite à vivre avec.

A la fin de la journée

La fin de la journée est souvent un moment difficile pour les couples. Lorsque les deux conjoints se retrouvent après une dure journée de labeur, l’homme n’a qu’une envie, c’est qu’on lui fiche la paix. Il veut du calme et du repos. Mais pour la femme, ce moment est une occasion de partager une relation, et cela s’exprime par la parole. Extrait de conversation :

– Bonsoir chéri. Ta journée s’est bien passée ?
– Trés bien.
– Tu as finalement convaincu ton patron de te donner ce contrat que tu demande depuis deux semaines ?
– Non pas encore.
– Et quand compte-tu lui demander cette augmentation ? Tu sais bien que tu la mérites.
– Oui, oui…
(là, monsieur commence à s’agacer. Pour couper court à l’interrogatoire, il lance : )
– Et toi, ta journée ?
– Olàla, je te racontes pas ! D’abord je suis tombée dans un embouteillage en emmenant les enfants à l’école, et je suis arrivée 5 minutes en retard au boulot. Du coup, j’ai croisé Nathalie qui partait en réunion. Elle portait sa nouvelle robe bleue, tu sais, celle qui la boudine. Elle a vraiment un goût douteux en matière de vêtements, enfin… Et toute la journée, j’ai eu mal à la tête, j’ai crois que j’ai attrapé un petit coup de froid. etc.

Chère lectrice, il me faut te dire quelque chose (permet moi au passage de te tutoyer, ça fera plus convivial). Les hommes ont un esprit pratique. Si tu parles de tes problèmes à un homme, il ne pourra pas s’empêcher de t’interrompre pour tenter de les résoudre. Cher lecteur, toi aussi, je dois te dire quelque chose (je te tutoie aussi, comme ça pas de jaloux). Les femmes parlent pour parler. Si une femme te raconte ses problèmes, ce n’est pas parce qu’elle te demande de les résoudre, mais parce qu’elle a besoin qu’on l’écoute.

Lorsqu’un homme parle d’un problème, c’est qu’il demande de l’aide pour le résoudre. Et pour lui, c’est un aveu de faiblesse auquel il ne s’abaissera que s’il y est vraiment obligé. Mesdames, si vous avez déjà essayé de convaincre un homme de descendre de voiture pour demander son chemin, vous savez de quoi je parle. Lorsqu’une femme parle de ses problèmes, c’est une marque de confiance et d’amitié. Elle ne demande pas d’aide, juste de l’écoute et de la compassion.

Le problème est le suivant : lorsque une femme partage ses problèmes avec un homme, celui-ci comprend qu’elle lui demande de l’aide. Il se sent ennuyé et angoissé d’avoir à les résoudre. Son cerveau analytique va tenter d’analyser chaque problème soulevé pour y trouver une solution, qu’il proposera spontanément en pensant « Et hop, affaire classée. Maintenant, pourquoi ne me fiche-t-elle pas la paix ? Est-ce que je dois m’occuper de tout ici ? ». Pendant ce temps, madame pense « Mais enfin, ne peut-il pas se taire deux minutes pour m’écouter ? Il ne fait pas jamais attention à moi ». Les hommes sont agacés, les femmes sont frustrées.

La solution au problème

Maintenant, chers lecteurs, vous avez conscience du problème. Voyons ensembles quelles en sont les solutions. Premier point important : tentez de vous mettre à la place de l’autre. Essayez de le comprendre.

Ainsi, chère lectrice, tu sauras que si un homme reste muet en ta présence, ce n’est pas parce qu’il ne t’aime plus. C’est simplement parce qu’il a besoin de calme pour penser à ses problèmes. Cher lecteur, tu sauras que si une femme t’abreuve de ses problèmes et soucis, ce n’est pas pour te harceler, ni pour te demander ton aide. C’est une marque de confiance et d’amitié.

A partir de là, cher lecteur, si tu rentres du bureau sur les rotules, et que ta compagne se précipite vers toi pour te raconter sa journée, ne te fâche pas, ne lui crie pas dessus, ne prends pas l’air ennuyé. Explique lui calmement la situation « Chérie, je suis crevé, j’ai besoin d’un peu de calme pour me ressourcer. Je t’en prie, laisse moi une demi-heure pour décompresser, et ensuite, je te le promets, j’écouterai tout ce que tu as à me dire ». Prends effectivement une demi-heure pour faire le vide, mais n’oublie pas que la communication dans un couple est essentielle, et que le besoin d’être écoutée est vital pour une femme.

Du bon usage du grognement

La bonne nouvelle, c’est qu’on ne te demande pas d’agir ni de réfléchir, simplement d’écouter. Lorsque ma dulcinée me raconte sa journée, la plupart du temps, je me contente de l’écouter en prenant une attitude attentive, et en grognant d’assentiment de temps en temps. Et elle ne m’en demande pas plus (note, sinon je vais passer pour une sagouin : il nous arrive aussi d’avoir de vraies conversations 😉 ). Je n’ai pas besoin de prendre une part active à la conversation, juste d’écouter attentivement.

Chère lectrice, si tu veux absolument raconter en long en large et en travers les évènements de la journée à ton homme, prends quelques précautions. Ne te précipite pas sur lui en le noyant sous un flot de paroles. Annonce la couleur « Bonsoir chéri. Si tu as un peu de temps, j’aimerais bien te raconter ma journée. Est-ce que tu auras cinq minutes pour m’écouter ? ». N’oublie pas qu’un homme ne peut faire qu’une chose en même temps, que sa faculté de communication est plus limitée que la tienne, et qu’il arrive vite « à saturation ». Laisse lui un moment pour décompresser, et ne lui parle pas pendant qu’il fait autre chose. Essaie de structurer ton discours. Ne mélange pas les évenements, et ne lui soumet qu’une idée à la fois. Sans ça, il sera perdu, le pauvre.

Si tout le monde suit ces quelques conseils, tout le monde sera content. Monsieur, parce qu’il n’aura plus le sentiment d’être harcelé, et madame, parce qu’elle trouvera une oreille attentive.